Page:Hugo - Les Misérables Tome V (1890).djvu/361

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.
353
LA NUIT BLANCHE.

fille, masquée d’un loup, avaient remarqué la noce, eux aussi, et, pendant que leurs compagnons et les passants s’insultaient, avaient un dialogue à voix basse.

Leur aparté était couvert par le tumulte et s’y perdait. Les bouffées de pluie avaient mouillé la voiture toute grande ouverte ; le vent de février n’est pas chaud ; tout en répondant à l’Espagnol, la poissarde, décolletée, grelottait, riait, et toussait.

Voici le dialogue :

— Dis donc.

— Quoi, daron ? [1]

— Vois-tu ce vieux ?

— Quel vieux ?

— Là, dans la première roulotte [2] de la noce, de notre côté.

— Qui a le bras accroché dans une cravate noire ?

— Oui.

— Eh bien ?

— Je suis sûr que je le connais.

— Ah !

— Je veux qu’on me fauche le colabre et n’avoir de ma vioc dit vousaille, tonorgue ni mézig, si je ne colombe pas ce pantinois-là [3].

— C’est aujourd’hui que Paris est Pantin.

— Peux-tu voir la mariée, en te penchant ?

— Non.

  1. Daron, père.
  2. Roulotte, voiture.
  3. Je veux qu’on me coupe le cou, et n’avoir de ma vie dit vous, toi, ni moi, si je ne connais pas ce parisien-là.