Page:Hyspa - Chansons d’humour, 1903.djvu/318

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


Ballade du Printemps qui revient

Avec la punaise des bois,
Avec la timide pervenche,
Au son du fifre et du hautbois
(Le hautbois instrument à anche),
Toque d’azur, poing sur la hanche,
Plus vert que l’Académicien
Qui, lui, n’est qu’une vieille branche,
Voici que le Printemps revient.

Il a passé l’octroi, je crois,
Même il prend son absinthe blanche ;
Par la rue, au-dessus des toits,
De parfums roule une avalanche
Dont l’odeur n’est certes pas franche,
Ce qui fait dire au Parisien :
« La plaine Saint-Denis s’épanche. »
Voici que le Printemps revient.