Page:Hyspa - Chansons d’humour, 1903.djvu/339

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


Quand on l’attaque il se défend,
Sa trompe alors devient guerrière}.
Ils vont, les oreilles au vent,
Et la queue tirebouchonnière,
Souriant aux bonnes d"enfant
Et à Messieurs les Militaires.
Ils ont deux pantalons troublants
À la mode qu’ils inventèrent,
L’un pour les jambes de devant,
L’autre pour celles de derrière.
Aussi, soyez-leur indulgents ;
Pour eux, jamais de front sévère ;
Car ils ne mettraient pas de gants
Pour vous mieux botter le derrière.