Page:Jean Chrysostome - Homélie en faveur d’Eutrope, 1889.djvu/14

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


contre l’Église, et te précipites dans l’abîme ; mais rien ne pouvait t’arrêter. Les cirques, qui ont dévoré tes richesses, ont aiguisé le glaive ; et l’Église, après avoir tant souffert de ta colère imprudente, court et s’empresse pour t’arracher au piége.

Je ne dis pas ceci pour mettre sous mes pieds celui qui est tombé, mais pour garantir de la chute ceux qui restent debout ; je ne veux pas faire saigner les plaies du blessé, mais rendre inaltérable la santé de ceux qui sont encore sans blessure ; je ne veux pas abîmer dans les flots le malheureux qui se noie, mais enseigner ceux que le vent favorise, et les préserver du naufrage. Comment y réussir ? C’est en se pénétrant de l’instabilité des choses humaines. S’il avait su la craindre, il n’en aurait pas été victime ; mais puisqu’il n’a su ni trouver la sagesse en lui-même ni l’apprendre des autres, vous du moins, vous qui vous enflez de vos richesses, songez à profiter