Page:Jean Chrysostome - Homélie en faveur d’Eutrope, 1889.djvu/24

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


sujet de reproche, on le jugea digne d’admiration et des plus grandes louanges ; l’impureté de cette femme ne souillait pas la pureté de Jésus, mais l’attouchement de l’homme sans tache purifiait la prostituée maudite. Ne te souviens donc pas des offenses, ô homme ; nous sommes les serviteurs de celui qui disait sur sa croix : Pardonne-leur, car ils ne savent ce qu’ils font. Cet asile, dites-vous, il a voulu le détruire par ses lois et ses décrets. Mais voilà que la conjoncture lui a appris ce qu’il avait fait ; lui-même a le premier violé sa propre loi, il a été en spectacle à toute la terre, son silence même parle et dit à tous : Ne faites pas comme moi, pour ne pas être malheureux comme moi. Oui, son malheur lui donne droit de nous faire des leçons, et l’autel maintenant est entouré de gloire, maintenant surtout il paraît redoutable, qu’il tient le lion enchaîné. C’est ainsi que l’image de nos rois se montre grande à nos yeux, non pas lorsqu’ils sont assis sur le trône, entourés seulement de la pourpre et ceints