Page:Jean Chrysostome - Homélie en faveur d’Eutrope, 1889.djvu/28

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


encore respirait l’orgueil, effet ordinaire de la prospérité, maintenant plus repoussant que celui d’une vieille femme couverte de rides, et où l’infortune, comme une éponge, a effacé toutes les marques de la grandeur. Car telle est la puissance de ce jour d’adversité : celui qui éclipsait tous les autres, paraît maintenant le dernier des hommes.

Le riche, qui est entré dans ce temple, profitera d’un gland enseignement : en voyant tombé de si haut celui qui bouleversait toute la terre, en le voyant glacé par la crainte, plus timide que le lièvre et la grenouille, plus étroitement attaché à cette colonne que par les plus fortes chaînes, étranglé par les liens de la peur, plein d’épouvante et d’angoisses, il réprimera, il refoulera en son cœur ses prétentions superbes ; pénétré de sages réflexions sur les choses humaines, il sortira d’ici après avoir fait l’expérience de ces paroles de l’Écriture qui nous disent que « Toute chair est comme une tige,