Page:Jean Chrysostome - Homélie en faveur d’Eutrope, 1889.djvu/38

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


un jour au centuple. Car de même qu’il se détourne avec courroux de l’homme dur et inhumain, de même il chérit et regarde l’homme compatissant et charitable ; si celui-ci est un juste, il lui prépare des couronnes plus glorieuses ; mais s’il est pécheur, il oublie et lui remet ses fautes, en retour de sa tendresse pour son semblable : C’est de la charité qu’il faut m’offrir, dit-il, et non des sacrifices ; à chaque page des Écritures vous voyez les mêmes préceptes, c’est toujours par la charité que le pécheur rachète ses fautes. Attirons donc par elle, nous aussi, la bonté divine sur nous, effaçons nos péchés et honorons l’Église ; par elle nous mériterons, comme je vous l’ai déjà dit, les éloges du souverain, et tout le peuple applaudira, et jusqu’aux dernières limites de la terre on admirera la magnanimité et la douceur de notre cité, et tous les peuples en l’apprenant la célébreront à l’envi. Pour nous assurer la possession de tous ces biens,