Page:Jean Chrysostome - Homélie sur le retour de l’évêque Flavien, 1853.djvu/18

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


III. La ville s’est donc honorée ainsi, et le prêtre non moins que la ville. Il a offert sa vie pour nous tous, et quoique retenu par mille empêchements, par la saison, par son âge, par cette fête, surtout par une sœur près de rendre le dernier soupir, il s’est élevé au-dessus de tous les obstacles, et il ne s’est point dit : « Eh ! quoi, l’unique sœur qui me reste, celle qui a porté avec moi le joug du Christ, celle qui a si longtemps partagé ma demeure, va exhaler son dernier souffle ; et moi, je l’abandonnerai, je m’éloignerai, je ne la verrai point expirer, je n’entendrai point ses paroles dernières ? Pourtant elle faisait des vœux chaque jour pour que son frère lui fermât les yeux, lui réunît les lèvres, l’ensevelît, prît soin enfin de tous ces devoirs funèbres ; et voilà que, semblable à une femme abandonnée et sans protecteur, elle n’obtiendra rien de ce frère de