Page:Jean Chrysostome - Homélie sur le retour de l’évêque Flavien, 1853.djvu/32

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


mais le calme, ou plutôt une profonde douleur. Vous reconnaîtrez, car voici ses paroles mêmes, que c’est bien là la vérité. Il ne s’écria point : « Eh ! quoi, tu viens auprès de moi comme l’ambassadeur de ces infâmes scélérats indignes même de vivre, de ces rebelles, de ces séditieux qui méritent tous les châtiments ? » Loin de tenir un tel tangage, il fit entendre une apologie pleine de douceur et de majesté ; il rappelait tous les bienfaits dont il a comblé notre ville pendant toute la durée de son règne, et à chacun de ces souvenirs il ajoutait : « Était-ce là le prix que je devais en recevoir ? De quelle injustice ont-ils voulu tirer vengeance ? Qu’ont-ils à me reprocher de sérieux ou de frivole, pour qu’ils aient outragé non pas moi seulement, mais même ceux qui ne sont plus ? Il ne leur a pas suffi de déchaîner leur colère contre les vivants ; s’ils n’avaient pas insulté