Page:Jean Chrysostome - Homélie sur le retour de l’évêque Flavien, 1853.djvu/34

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


aussi ceux qui sont dans le tombeau, ils auraient cru ne pas montrer assez d’audace. Nous les avons offensés, ils le croient du moins ; ils devaient donc épargner des morts qui ne leur ont fait aucun mal, et à qui ils ne pouvaient adresser les mêmes reproches qu’à moi. N’ai-je pas toujours préféré cette ville à toutes les autres ? Ne m’a-t-elle pas été plus chère que celle même qui m’a vu naître ? N’exprimais-je pas sans cesse le vœu de voir votre cité, et n’avais-je pas en face de tous fait le serment de la visiter ? »

VI. Alors le prêtre, poussant un amer gémissement et versant des larmes brûlantes, ne garda plus le silence ; car il voyait que l’apologie de l’empereur aggravait encore notre crime ; il soupira donc du fond du cœur avec une profonde tristesse, et dit :

« Oui, prince, nous connaissons cette tendresse que tu as toujours manifestée pour notre ville, nous ne saurions la nier ; aussi, ce qui nous afflige le plus, c’est que les démons aient jeté un regard d’envie