Page:Jean Chrysostome - Homélie sur le retour de l’évêque Flavien, 1853.djvu/42

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


pour ravir ta bienveillance à une cité que tu chérissais entre toutes. Instruit de leurs desseins, tire de nous la vengeance qui te plaît, mais ne nous prive pas de ton ancienne amitié. Et même, s’il faut dire quelque chose qui te surprenne, témoigne à notre ville en ce jour plus de faveur encore, replace-la au premier rang entre les cités qui te sont chères, si tu veux punir les démons qui ont tramé ces complots. Si tu la renverses, si tu la rases, si tu l’effaces de la terre, tu auras accompli ce qu’ils souhaitent depuis si longtemps ; mais si tu apaises ton courroux, si tu proclames que tu aimes encore cette ville comme tu l’aimais auparavant, tu leur porteras le coup mortel, et tu tireras d’eux le plus cruel châtiment, en leur faisant voir que non-seulement ils n’ont rien gagné à leurs embûches, mais que tout a