Page:Jean Chrysostome - Homélie sur le retour de l’évêque Flavien, 1853.djvu/46

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


ronne que te tressera la clémence, tu ne la devras qu’à toi-même et à ta sagesse : l’univers admirera moins ces pierres précieuses qu’il ne vantera ton empire sur ta colère. Ils ont renversé tes statues ? mais tu peux t’en élever de plus éclatantes. Si tu pardonnes leur crime à ceux qui l’ont offensé, si tu renonces à toute vengeance, ce n’est pas une image d’airain ou d’or ou de diamant qu’ils t’érigeront sur la place publique, ils te dresseront un monument plus précieux que les plus riches matières, et où tu paraîtras revêtu de clémence et de bonté. C’est ainsi que chacun placera ton image dans son cœur, et tu compteras autant de statues qu’il y a et qu’il y aura jamais d’hommes sur la terre. Ce n’est pas seulement nous, ce sont nos enfants et les enfants de nos enfants qui entendront cette histoire ; et ils t’admireront, et ils t’aimeront, comme s’ils avaient