Page:Jean Chrysostome - Homélie sur le retour de l’évêque Flavien, 1853.djvu/58

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


est véritablement grand, lui qui change les hommes en anges et les élève au-dessus de tous les sentiments de la nature. »

XI. « Ne conçois pas une crainte vaine ; n’écoute pas ces hommes qui te disent que les autres cités seront moins soumises, qu’elles mépriseront ton autorité, si Antioche n’est point châtiée. Ah ! si tu étais hors d’état de punir, si les coupables avaient triomphé de toi par la force, si leur puissance était égale à la tienne, ces appréhensions seraient fondées peut-être ; mais s’ils sont frappés de terreur et déjà morts d’épouvante, s’ils sont prosternés à tes pieds dans ma personne, si chaque jour ils s’attendent à tomber dans l’abîme ; si, les yeux élevés au ciel, ils adressent à Dieu de communes prières, le suppliant de se joindre à moi, de m’assister dans cette mission ; si, semblables à des hommes qui vont rendre le dernier soupir, ils songent chacun à ce qui les touche de près, comment une pareille crainte