Page:Jean Chrysostome - Homélie sur le retour de l’évêque Flavien, 1853.djvu/72

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


de ce jour où tous nous rendrons compte de nos actions ; songe que, si tu as commis quelques fautes, tu peux les effacer toutes sans effort par le jugement que tu vas rendre.

XV. « Les autres envoyés apportent de l’or, de l’argent et d’autres présents semblables ; moi, je suis venu près de ton trône avec les saintes lois que je te présente pour tous dons, et je te conjure d’imiter ton maître, qui, insulté chaque jour par nous, ne se lasse point de répandre ses bienfaits sur nous tous. Ne confonds pas nos espérances, ne démens pas nos promesses. Je veux que tu le saches et que les autres le sachent aussi : si tu daignes te réconcilier avec notre ville, lui rendre ton ancienne bienveillance, déposer