Page:Jean Chrysostome - Homélie sur le retour de l’évêque Flavien, 1853.djvu/74

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


ta juste colère, je m’en retournerai plein de confiance ; mais si tu bannis Antioche de ton cœur, non-seulement je n’y rentrerai point, je ne reverrai point son sol, mais je la renierai à tout jamais, et me ferai inscrire dans une autre ville. Loin de moi de regarder comme ma patrie une cité avec laquelle le meilleur et le plus clément de tous les hommes n’aurait pas voulu se réconcilier et faire sa paix ! »

XVI. Ces discours, et d’autres qu’il ajouta encore, émurent tellement le prince qu’il lui arriva ce qui était autrefois arrivé à Joseph. Joseph, à la vue de ses frères, était prêt à verser des larmes, mais il cachait son attendrissement pour ne pas découvrir sa feinte ; de même l’empereur pleurait au fond du cœur, mais il ne le laissait pas voir à cause de tous ceux qui se trouvaient là. Cependant il ne put déguiser jusqu’au bout son émotion ; il se trahit malgré lui.