Page:Jean Paul - Pensées, 1829.djvu/11

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 7 —

nous soumettons donc entièrement, à cet égard, aux décisions de M. Loève-Veimars, qui, dans son excellent Résumé de la littérature allemande, affirme qu’il est aussi impossible de qualifier le génie de Jean-Paul que de traduire ses œuvres.

Le Globe a émis une opinion à peu près semblable dans un article biographique sur notre auteur, qu’il a emprunté à la Revue d’Edimbourg, et que nous le prions de vouloir bien nous permettre d’insérer à la suite de cette préface, comme le morceau le plus propre à faire connaître Jean-Paul à nos lecteurs. Mais les arrêts, d’ailleurs si respectables que nous venons de citer, ne peuvent s’appliquer à des fragments isolés, dont le traducteur écarte tout ce qui lui sem-