Page:Jean Paul - Pensées, 1829.djvu/33

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


29

Les nouvelles amours sont à leur naissant-e comme tes jeunes oiseaux, qui n’ont besoin d’abord que de chaleur et d’être couvés ; ce n’est que plus tard qu’it leur faut de la nour. riture.

N’ordonnez pas à un enfant de garder un secret, serait-ce même une surprise que vous ménagez à un être chéri La discrétion, cette vertu héroïque, demande pour être exercée la force d’une raison plus mure ; la raison seule enseigne à se taire, le cœur n’apprend qu’à parler.

Un ami est Matois le soleil et le tournesol, il attire et il suit.

Le sceptre du mariage se montre aux yeux d’une jeune nancée, comme la houlette d’un berger de Gessner. Mais a-t-e ! te vu que ! usage le berger fait de sa houlette ? Il s’en sert 3.