Page:Jodelle - Les Œuvres et Meslanges poétiques, t. 2, éd. Marty-Laveaux, 1870.djvu/333

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


Qu’il falloit repouſſer l’outrage,
Diſans, que bien qu’en l’ancien
Teſtament guerre & reſiſtence
Fut permiſe, telle licence
N’eſt point du Teſtament Chreſtien :
Mais que Christ par afflictions,
Par tourmens, croix, & vitupere,
Veut qu’en l’enſuiuant nous entrion
Au royaume de Dieu ſon pere :
Du ſang des ſaincts l’effuſion,
Et ſemence continuelle
De l’Egliſe, & la merque d’elle,
N’eſt que ſa perſecution.
Tant que par leur dire voulans
Faire ceſſer par force & armes,
Les maux, les aſſauts violens,
Perſecutions, & alarmes
En leur Egliſe, ils font ceſſer
La merque qui la fait cognoiſtre :
Et ce nom en eux ne peut eſtre
Qu’à eux ſeuls ils vouloyent laiſſer.




ODE
A M. LE COMTE DE DAMMARTIN.


Bien que de ta maiſon le tige, & l’ornement,
Du ſceptre de Hongrie ait pris commencement,
Qui de mainte alliance
Dans la maiſon d’Aniou, d’Angleterre, & Bourbon,