Page:La Révolution française et l'abolition de l'esclavage, t1.djvu/47

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


L’ESCLAVAGE

DES AMERICAINS

ET DES NÈGRES.




POEME




L’américain vivoit dans une paix profonde,
Et ne ſoupçonnoit pas qu’il fût un autre Monde ;
Errant ſur le rivage ou dans l’horreur des bois,
Connoiſſant peu le crime, il connut peu de lois ;
Indolent par principe, humain par habitude,
Vertueux ſans effort, & ſage ſans étude,
Regardant d’un même œil la vie & le trépas,
Il goûtoit le bonheur, & ne le cherchoit pas.
Peuple trop fortuné ! ſur ta tranquille plage
Libère va porter la mort & l’eſclavage.