Page:La Révolution française et l'abolition de l'esclavage, t1.djvu/62

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée
2

Cependant les Lois commerciales de preſque toutes les Nations ont été dictées par les Cormmerçans, parce que, dans des temps où les lumières n’étaient pas généralement répandues ils étaient à peu près les ſeuls que l’on pût conſulter ſur les objets de leurs diverſes entreprises.

Il en eſt réſulté de grandes contradictions entre l’intérêt commercial de chaque Peuple, & les Réglemens particuliers de ſon Commerce.

Colbert, dont le génie a plus influé que ne peut croire le vulgaire, ſur la ſituation & la politique actuelle des principales Nations de l’Europe[1], avait devancé par ſes lu-

  1. Colbert avoit attiré en France les Arts & l’induftrie , que Louis XIV en chaſſa dans ſa vieilleſſe. Les hommes habiles & pleins d’énergie qui paſſèrent en Angleterre après la révocation de l’édit de Nantes, y portèrent les grandes idées de Commerce & d’administration civile : délivrés de toutes entraves, leurs spéculations ſe portèrent au degré le plus étonnant. C’eft à leurs entreprifes que l’Angleterre dut les fabriques, ſon commerce, & fes navigations hardies. Maintenant que ces germes de proſpérité ſe diſpofent à revenir dans leur pays natal, ne les en chaſſons pas pas des idées rétrécies de monopole & de prohibition.