Page:La Révolution française et l'abolition de l'esclavage, t1.djvu/68

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée
8

d’autres en plus grand nombre & plus à portée d’être ſurveillés par l’Adminiftration, permet aux étrangers d’importer dans nos Colonies des bois de charpente & merrains, des ſalaiſons de toute eſpece, du riz, des grains, des fruits, & des animaux vivans.

Les Négocians des villes maritimes diſent que par cette loi le Commerce eſt ruiné, la navigation détruite ; que l(admiſlion des étrangers dans les Colonies eſt contraire aux principes de leur établiſſement.

Nous prouverons dans ces Mémoires, que, loin d’avoir à redouter de ſemblables inconvéniens d’une tolérance devenue néceſſaire & dictée par l’expérience, la politique, & l’humanité, il en réſultera les plus grands avantages pour toute la Nation, & qu’on accélérerait le moment de jouir de ces avantages, en ajoutant aux importations déjà permiſes aux étrangers, celle des Nègres de Guinée.

Pour diſcuter avec méthode ces objets d’une grande importance pour toute la Nation, examinons d’abord quelles ſont les lois prohibitives que l’on veut maintenir ou rappeler, quel en a été l’effet relativement aux Colonies, à la navigation, & aux manufactures du Royaume.