Page:Laclos - De l’éducation des femmes, éd. Champion, 1903.djvu/132

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Margueritte-Julie Coquet [1](sic), femme de Jean-François Dupuis, cuisinier, elle, attachée au service de la citoyenne Laclos, et a la charge par elle de les représenter quant et à qui il appartiendra.

Fait et clos ledit jour, mois et an que dessus, onze heures du matin, et ont tous les susnommés et la gardienne, signé avec nous. Signé : Laclos, Caplain, Rivaux, Serize, Jean Lacoste, juge de paix, Coquet et Sarrazin, greffier, pour expédition conforme à la minute étant au greffe.


Sarrazin, secrétaire-greffier.

  1. Il faut lire Poquet ainsi qu’on peut le voir par la requête adressée par cette femme lorsqu’elle quitta le service de Mme Laclos (Cf. Doc., n° XVII°).