Page:Laveleye - Les Nibelungen.djvu/156

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


pour savoir comment on cacherait que c’était Hagene qui l’avait tué.

Plusieurs d’entre eux dirent : — « Mal nous est advenu. Nous devons tous cacher le fait et dire d’un commun accord : L’époux de Kriemhilt, étant allé chasser seul, des brigands l’ont tué, tandis qu’il chevauchait à travers les sapins. »

Hagene de Troneje répondit : — « Je le ramènerai moi-même au palais. Il m’est bien égal qu’elle apprenne la vérité, celle qui a affligé le cœur de Brunhilt. Je m’inquiète peu de ce qu’elle fera quand elle sera dans les larmes. »

Maintenant vous allez apprendre de moi l’indication exacte de la fontaine où Siegfrid fut tué. Devant l’Otenwald est un village du nom d’Otenhaim : là coule encore la source, on ne peut le mettre en doute.






XVII. COMMENT SIEGFRID FUT PLEURÉ ET ENTERRÉ


Ils attendirent jusqu’à la nuit et repassèrent le Rhin. Jamais chasse plus funeste ne fut faite par des guerriers. Car le gibier qu’ils avaient abattu, fut pleuré par mainte noble femme et maint bon chevalier devait payer de sa vie celle de la victime.

Vous allez entendre le récit d’une bien grande audace et d’une effroyable vengeance. Hagene fit porter le cadavre de Siegfrid, du Nibelunge-lant, devant la chambre où se trouvait Kriemhilt.

Il le fit déposer secrètement devant la porte, afin qu’elle l’y trouvât, au moment où elle sortirait, avant qu’il fit