Page:Lavignac - Le Voyage artistique à Bayreuth, éd7.djvu/52

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


parle pas l’allemand : il est des choses que l’on comprend dans toutes les langues. C’est, à mon gré, un des charmes de la vie de Bayreuth que ces fréquentes rencontres avec les artistes, ces vaillants combattants dont l’existence offre souvent d’intéressantes particularités.

[Photo : La Fantaisie.]


On a aussi l’occasion de les voir à Wahnfried quand la bonne chance veut qu’on ait quelque titre à y être présenté.

Mme Wagner, dominant toutes les fatigues que lui causent ses surmenantes occupations, donne chaque semaine, pendant la saison des Fêtes, des réunions auxquelles elle convie ses amis personnels et un petit nombre d’heureux élus. C’est un souvenir précieux entre tous que celui des moments passés dans cette maison du Maître, encore si pleine de lui, et parmi ceux qui l’ont connu et entouré.