Page:Lemerre - Anthologie des poètes français du XIXème siècle, t1, 1887.djvu/10

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


MM. J. M. de Heredia, André Theuriet, André Lemoyne, Georges Lafenestre, Albert Mérat, Léon Valade, Armand Silvestre, etc.

Il suffit de citer ces noms, sans qu’il soit besoin de dire si la jeune école a gagné la bataille. Continuer le romantisme, mais en y mêlant quelque peu du seizième siècle, unir Ronsard à Victor Hugo, les poètes de la Pléiade à ceux de 1830, donner au vers français une perfection qu’il n’avait pas encore connue, n’y souffrir aucune banalité dans l’idée, aucune faiblesse de rime, voilà ce que voulurent les poètes de 1866.

Jamais il n’entra dans leur pensée de rompre avec les romantiques dont ils ne faisaient que polir et assouplir le vers. Aussi Victor Hugo ne compta-t-il pas de disciples plus fervents que ceux auxquels le public donna le nom de Parnassiens !

Sous cette unique dénomination, quelle liberté ! quelle variété de talent ! quelles natures diverses ! Combien le groupement du Parnasse fut loin de nuire à l’originalité de ceux qui le composèrent ! Y a- t-il, par exemple, trois poètes plus dissemblables que MM. Coppée, Sully Prudhomme et Heredia ? Tous étaient liés entre eux par la seule poursuite de la perfection ; chacun pourtant a su garder sa complète individualité.

En réalité, on peut dire que les poètes dont les noms sont parvenus au public depuis vingt ans relèvent tous plus ou moins de ce premier mouvement.

Rares avant 1866, ils sont devenus en 1887 une innombrable légion, de telle sorte qu’il est à peu près impossible de se procurer tous les livres de vers qui paraissent presque quotidiennement. Et cependant il importe aux lettrés, aux esprits curieux, aux jeunes gens même de connaître une partie aussi importante de notre histoire littéraire !

Voilà pourquoi l’éditeur de la plupart des poètes présente aujourd’hui au public, dans une Anthologie, comme un court tableau de la poésie française au dix-neuvième siècle. Peut-être s’étonnera-t-on de la place si large accordée aux nouveaux écrivains quand les hommes de la première moitié du siècle occupent des pages relativement assez restreintes. C’est que le temps a déjà fait son choix pour les aînés, tandis qu’il nous est difficile d’accomplir et de devancer son œuvre pour nos contemporains.

Dans la crainte de paraître injuste, nous avons résolu de nous montrer