Page:Lemerre - Anthologie des poètes français du XIXème siècle, t1, 1887.djvu/27

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
13
ANDRÉ CHÉNIER.


LA JEUNE CAPTIVE




Lépi naissant mûrit, de la faux respecté ;
Sans crainte du pressoir, le pampre tout l’été
          Boit les doux présents de l’aurore ;
Et moi, comme lui belle, et jeune comme lui,
Quoi que l’heure présente ait de trouble et d’ennui,
          Je ne veux point mourir encore.

« Qu’un stoïque aux yeux secs vole embrasser la mort,
Moi je pleure et j’espère ; au noir souffle du nord
          Je plie, et relève ma tête.
S’il est des jours amers, il en est de si doux !
Hélas ! quel miel jamais n’a laissé de dégoûts ?
          Quelle mer n’a point de tempête ?

« L’illusion féconde habite dans mon sein :
D’une prison sur moi les murs pèsent en vain,
          J’ai les ailes de l’espérance.
Echappée aux réseaux de l’oiseleur cruel,
Plus vive, plus heureuse, aux campagnes du ciel
          Philomèle chante et s’élance.

« Est-ce à moi de mourir ? Tranquille je m’endors,
Et tranquille je veille, et ma veille aux remords
          Ni mon sommeil ne sont en proie.
Ma bienvenue au jour me rit dans tous les yeux ;
Sur des fronts abattus mon aspect dans ces lieux
          Ranime presque de la joie.

« Mon beau voyage encore est si loin de sa fin !
Je pars, et des ormeaux qui bordent le chemin
          J’ai passé les premiers à peine.