Page:Lermina - L’effrayante aventure.djvu/32

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


— Allez me chercher M. Bobby ! s’était écrié le chef de la Sûreté à la lecture de cet impertinent factum.

Le détective anglais arriva d’assez mauvaise humeur.

Il était à Paris uniquement pour son plaisir, et justement on venait le déranger au moment où il allait partir en voiture Cook pour Versailles, avec madame Bobby.

Sans prendre garde à sa physionomie quelque peu rébarbative, M. Davaine lui tendit le journal.

— Avez-vous lu cela ?

— Yes, Sir.

— Que dites-vous de cela ?…

— Un pur humbug, déclara Bobby. Même à ce sujet j’ai une question à vous adresser. Ces quatre mille livres sterling sont bonnes à prendre. Que dois-je faire pour m’en assurer le paiement ?

— Écrire au journal le Reporter une lettre très explicite… mais à mon tour, un mot… Monsieur Bobby, prenez-y bien garde. Vous m’avez mis dans la situation la plus délicate. J’ai accepté votre déclaration comme émanant d’un homme du métier qui sait quelles sont ses res-