Page:Lermina - L’effrayante aventure.djvu/51

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


satisfait, et qui ne furent pas sans éloquence, je protestai respectueusement contra la mesure qui me frappait.

« — Monsieur Sewingthrow, dis-je en manière de conclusion, le sang des martyrs, tombant sur la terre, a fait lever une moisson de vérité : sans que, dans mon humilité, il me convienne de me comparer à ces saints précurseurs, permettez-moi d’affirmer que l’erreur dont je suis la triste victime aura peut-être un contre-coup regrettable sur la moralité publique.

« Mon chef, déconcerté, s’en tira par une phrase que je catalogue dans la série des outrages immérités.

« — Vous êtes un imbécile, me dit-il. Tenez-vous tranquille, et attendez les événements.

« Et je suis rentré chez moi, heureux de déverser dans le sein de ma compagne, l’amertume dont mon cœur était gonflé.

« — Monsieur Bobby, me dit cette femme remarquable, l’affront dont vous êtes l’objet, retombe sur moi. J’attendrai que vous nous réhabilitiez tous les deux.

« Ces paroles me dictaient mon devoir. Il me fallait désormais consacrer ma vie à la