Page:Lignon - Importance de la conformation de la tête sur les aptitudes du cheval.djvu/19

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 22 —

que impossible de trouver des animaux à tête fine, ayant une conformation générale opposant une grande résistance à la fatigue, comme sont, par exemple, les animaux munis d’une tête lourde, pesante et physiologiquement conformée pour ainsi dire, car elle a un but physiologique dans le phénomène de la traction. Le cheval percheron, par exemple, est-il moins beau, moins recherché, parce qu’il n’a pas une tête courte, ramassée, sèche, etc ? La forme carrée persiste, et c’est un caractère essentiel qu’on doit toujours demander, quand, malgré tous les soins, on ne peut lui adjoindre les autres.

Enfin, en thèse générale, la tête doit être différemment considérée selon les races et les services, et on pourrait, pour ainsi dire, considérer plusieurs types secondaires ayant de commun avec le type principal la forme générale et la disposition des appendices ; il existerait entre ces deux types des types intermédiaires, selon les degrés plus ou moins importants de perfection.

Ce n’est pas depuis longtemps qu’on a reconnu l’importance de la tête carrée. Avant cela, elle fut longtemps soumise aux caprices de la mode, elle prit diverses formes, diverses dimensions, selon le goût et les habitudes des différentes nations ; celles-ci même ont parfois eu des goûts différents. Aussi règne-t-il une grande confusion résultant de la perversion des idées dans l’histoire des types.

À l’époque de l’immortel Bourgelat, on demandait la tête busquée de l’Andalous, parce que cet habile écuyer l’avait mise à la mode, en la prenant pour type de la belle conformation ; certains hippologues demandaient la tête conique (alors on disait d’un cheval doté d’une pareille tête, qu’il pouvait boire dans un verre), mais elle ne fit pas fureur. D’autres, au contraire, choisirent les conformations opposées