Page:Luzel - Contes populaires, volume 1, 1887.djvu/71

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


vous pas, et n’y emmenez-vous pas ma sœur avec vous ?

— Après ma mort, Dieu me donna pour pénitence de revenir tous les jours sur la terre, jusqu’à ce que j’eusse trouvé une femme pour m’épouser, quoique mort[1]


(Conté par Droniou, meunier, de Plouaret, 1870.)
  1. Le conte ne paraît pas tout à fait terminé, mais mon conteur n’en savait pas davantage.