Page:Luzel - Contes populaires, volume 3, 1887.djvu/34

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


de diamants ; et ainsi décrottée et parée, elle pouvait rivaliser en beauté avec la fille du roi et même la surpasser.

Le festin, grâce aux prodigalités de la serviette, qui, ce jour-là, fit son devoir avec une complaisance et une abondance inaccoutumées, fut tout ce qu’on peut imaginer de meilleur et de plus délicat, en fait de mets et de vins de toute sorte.


J’étais là, cuisinière ;
J’eus un morceau et une goutte,
Puis un coup de cuiller à pot sur la bouche.
Et depuis, je n’y suis pas retournée.
Si j’avais cinq cents écus et un cheval blanc,
J’y serais retournée, demain ;
Avec cinq cents écus et un cheval brun,
J’y serais allée, demain en huit[1].


Conté par Catherine Le Berre, de
Pluzunet (Côtes-du-Nord).


  1. Cette formule finale est rimée, en breton.