Page:Mérat - Les Trente-six Dédicaces pour les trente-six quatrains à Madame, 1903.djvu/24

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée



A PLUSIEURS

Ami cocu, je te dédie
Ce frivole onzième quatrain ;
Tu demeures le boute-en-train
De notre humaine comédie.