Page:May - Une maison mystérieuse à Stamboul, 1915.djvu/17

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


UNE MAISON MYSTÉRIEUSE
À STAMBOUL


I

DAMAS. — BALBEK


« Salut, ô Damas, reine des fleurs, ville des parfums, œil brillant de la face du monde, vierge à la couronne de figues délicieuses, dispensatrice de toutes les joies !… Ô toi, la victorieuse de tous les chagrins !… »

Ainsi salue Damas le voyageur oriental en apercevant, du haut de Koubbet-en-Nasr, la mosquée qui s’élève tout en face de lui, sur le Djebel es-Salehieh, comme la dominatrice et la gardienne de la cité.

Ce sommet du Salehieh offre incontestablement un des plus magnifiques points de vue de la terre.

En arrière s’étendent les montagnes si pittoresques de l’Anti-Liban, se dressant pareilles à une gigantesque muraille et touchant les cieux. Devant se déroule une plaine où l’on a cru retrouver l’emplacement du paradis