Page:Meilhac et Halévy - Théâtre, VII.djvu/405

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.



LES SOLDATS.
Voyez-les… regards impudents,
Mine coquette,
Fumant toutes du bout des dents
La cigarette !

LES CIGARIÈRES.
Dans l’air nous suivons des yeux
La fumée,
Qui vers les cieux
Monte, monte parfumée ;
Dans l’air nous suivons des yeux
La fumée,
La fumée,
La fumée,
La fumée…
Cela monte doucement
À la tête ;
Cela vous met gentiment
L’âme en fête,…
Dans l’air nous suivons des yeux
La fumée,
Etc.
Le doux parler des amants
C’est fumée ;
Leurs transports et leurs serments,
C’est fumée…
Dans l’air nous suivons des yeux
La fumée,
Etc.

LES JEUNES GENS, aux cigarières.
Sans faire les cruelles,
Écoutez-nous, les belles,
Vous que nous adorons,
Que nous idolâtrons !

LES CIGARIÈRES, en riant.
Le doux parler des amants
C’est fumée ;
Dans l’air nous suivons des yeux
La fumée,
Etc.