Page:Meilhac et Halévy - Théâtre, VII.djvu/423

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


ACTE DEUXIÈME

La taverne de Lillas Pastia. ­— Tables à droite et à gauche. ­— C’est la fin d’un dîner : le couvert est en désordre ; officiers et bohémiennes fument des cigarettes. ­— Deux bohémiens râclent de la guitare dans un coin de la taverne et deux bohémiennes, au milieu de la scène, dansent. — Carmen est assise, regardant danser les Bohémiennes ; le lieutenant lui parle bas, mais elle ne fait aucune attention à lui. Elle se lève tout à coup et se met à chanter.



Scène PREMIÈRE

CARMEN, LE LIEUTENANT, MORALÈS, FRASQUITA, MERCÉDÈS, Officiers et Bohémiennes.



CARMEN.
I
Les tringles des sistres tintaient
Avec un éclat métallique,
Et sur cette étrange musique
Les zingarellas se levaient ;
Tambours de basque allaient leur train,
Et les guitares forcenées
Grinçaient sous des mains obstinées…
Même chanson, même refrain,
La la la la la la !

Sur ce refrain, les bohémiennes dansent. Mercédès et Frasquita reprennent avec Carmen « La la la la la la ! ».

II
Les anneaux de cuivre et d’argent
Reluisaient sur les peaux bistrées ;