Page:Meilhac et Halévy - Théâtre, VII.djvu/435

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Il est toujours bon, sur ma foi,
D’avoir les femmes avec soi.
Et sans elles,
Mes toutes belles,
On ne fait jamais rien
De bien !

LES TROIS FEMMES.
Quoi, sans nous jamais rien
De bien ?

LES DEUX HOMMES.
N’êtes-vous pas de cet avis ?

LES TROIS FEMMES.
Si fait, je suis
De cet avis.

TOUS LES CINQ.
En matière de tromperie,
De duperie,
De volerie,
Il est toujours bon, sur ma foi,
D’avoir les femmes avec soi !
Et sans elles,
Les toutes belles,
On ne fait jamais rien
De bien.

LE DANCAÏRE.
C’est dit, alors : vous partirez ?

MERCÉDÈS et FRASQUITA.
Quand vous voudrez.

LE REMENDADO.
Mais tout de suite…

CARMEN.
Ah ! permettez…
À Mercédès et à Frasquita.
S’il vous plaît de partir, partez,
Mais je ne suis pas du voyage ;
Je ne pars pas, je ne pars pas !