Page:Molière - Édition Louandre, 1910, tome 2.djvu/203

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Et jamais, quelque appui qu’on puisse avoir d’ailleurs
On ne doit se brouiller avec ces grands brailleurs.


Alceste
Enfin, quoi qu’il en soit, et sur quoi qu’on se fonde,

550Vous trouvez des raisons pour souffrir tout le monde ;
Et les précautions de votre jugement…



Scène 3

Alceste, Célimène, Basque.




Basque
Voici Clitandre encor, madame.



Alceste
Voici Clitandre encor, Madame. Justement.

(Il témoigne s’en vouloir aller.)


Célimène
Où courez-vous ?



Alceste
Où courez-vous ? Je sors.



Célimène
Où courez-vous ? Je sors. Demeurez.



Alceste
Où courez-vous ? Je sors. Demeurez. Pour quoi faire ?



Célimène
Demeurez.



Alceste
Demeurez. Je ne puis.



Célimène
Demeurez. Je ne puis. Je le veux.



Alceste
Demeurez. Je ne puis. Je le veux. Point d’affaire.

555Ces conversations ne font que m’ennuyer,
Et c’est trop que vouloir me les faire essuyer.


Célimène
Je le veux, je le veux.



Alceste
Je le veux, je le veux. Non, il m’est impossible.



Célimène
Hé bien ! allez, sortez, il vous est tout loisible.