Page:Molière - Édition Louandre, 1910, tome 2.djvu/206

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.




Célimène
Le pauvre esprit de femme, et le sec entretien !

605Lorsqu’elle vient me voir, je souffre le martyre ;
Il faut suer sans cesse à chercher que lui dire ;
Et la stérilité de son expression
Fait mourir à tous coups la conversation.
En vain, pour attaquer son stupide silence,
610De tous les lieux communs vous prenez l’assistance :
Le beau temps et la pluie, et le froid et le chaud,
Sont des fonds qu’avec elle on épuise bientôt.
Cependant sa visite, assez insupportable,
Traîne en une longueur encore, épouvantable ;
615Et l’on demande l’heure, et l’on bâille vingt fois,
Qu’elle grouille[1] aussi peu qu’une pièce de bois.


Acaste
Que vous semble d’Adraste ?



Célimène
Que vous semble d’Adraste ? Ah ! quel orgueil extrême !

C’est un homme gonflé de l’amour de soi-même.
Son mérite jamais n’est content de la cour,
620Contre elle il fait métier de pester chaque jour ;
Et l’on ne donne emploi, charge, ni bénéfice,
Qu’à tout ce qu’il se croit on ne fasse injustice.


Clitandre
Mais le jeune Cléon, chez qui vont aujourd’hui,

Nos plus honnêtes gens, que dites-vous de lui ?


Célimène
625Que de son cuisinier il s’est fait un mérite,

Et que c’est à sa table à qui l’on rend visite.


Éliante
Il prend soin d’y servir des mets fort délicats.



Célimène
Oui ; mais je voudrais bien qu’il ne s’y servît pas ;

C’est un fort méchant plat que sa sotte personne,
630Et qui gâte, à mon goût, tous les repas qu’il donne.


Philinte
On fait assez de cas de son oncle Damis ;

Qu’en dites-vous, madame ?

  1. C’est-à-dire, qu’elle remue. Dans l’édition de 1682, on lit cette variante :
    Qu’elle s’émeut autant qu’une pièce de bois.
    (Voir F. Génin, Lexique, au mot Grouiller.)