Page:Moréas - Les Stances, 1905.djvu/69

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.





IX




O ciel aérien inondé de lumière,
Des golfes de là-bas cercle brillant et pur,
Immobile fumée au toit de la chaumière,
Noirs cyprès découpés sur un rideau d’azur ;

Oliviers du Céphise, harmonieux feuillages
Que l’esprit de Sophocle agite avec le vent ;
Temples, marbres brisés, qui, malgré tant d’outrages,
Seuls gardez dans vos trous tout l’avenir levant ;