Page:Moréas - Les Stances, 1905.djvu/71

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.





X




Céphise, fier torrent, j’ai l’âme encore heureuse
Du jour que j’ai revu tes bords pleins de clarté ;
Tu gardes dans ton lit la grâce sinueuse
De ton onde tarie aux rayons de l’Été.