Page:Nadaillac - La Guadeloupe préhistorique, 1886.djvu/12

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
10
LA GUADELOUPE PREHISTORIQUE

et une figure d’apparence simienne (fig. 10). Aurions-nous là un argument en faveur de notre ancêtre commun, et Darwin aurait-il eu des précurseurs chez d’humbles sauvages ? Cette idole est en terre cuite, d’importation probablement étrangère, car nous avons vu que la poterie était inconnue des Caraïbes. Son exécution grossière rappelle les grandes figures de pierre qui ont été trouvées sur plusieurs points de l’Amérique centrale.

Fig. 12. – 1/10 gr.
Figures en bois.

Il faut sans doute aussi classer parmi les idoles les singulières figures en bois que nous reproduisons. Une d’elles (fig. 11), d’une hauteur de 1m,08 est remarquable par les grands disques fixés dans ses oreilles et par les bandelettes ou bracelets qui serrent la partie supérieure du bras. Une autre pièce haute de 0m,78 (fig. 12) représente deux hommes assis sous un dais ou un parasol. Le dos du siège est couvert d’ornements, cercles concentriques ou spirales. Les hommes portent des bonnets brodés qui rappellent singulièrement ceux des Indiens qui habitaient le grand bassin central des États-Unis. Des bandes de coton serrent fortement les jambes à la naissance du mollet. Irving[1] rapporte que le 10 novembre 1493, Colomb eut à combattre les indigènes de l’île Santa-Cruz. Ceux-ci furent défaits et se retirèrent laissant plusieurs des leurs sur le terrain. Leurs cheveux, raconte le grand navigateur, étaient longs et durs, leurs

  1. Life of Columbus, t. I, p. 333.