Page:Nadaillac - La Guadeloupe préhistorique, 1886.djvu/16

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
14
LA GUADELOUPE PREHISTORIQUE

inscriptions dont le sens nous échappe et nous échappera peut-être toujours. D’autres fois, ce sont des cupules, des cercles, des spirales, des dessins informes inspirés par le seul caprice de l’artiste. Souvent ces pictographies sont placées à des hauteurs inaccessibles, au sommet de précipices dangereux, et le voyageur se demande avec anxiété comment des hommes ont pu arriver jusque-là, comment ils ont pu travailler dans une semblable position ?

Fig. 13.
Rocher trouvé à la Guadeloupe.

Ces mêmes pictographies se rencontrent dans toutes les Antilles ; à la Guadeloupe notamment, on voit des rochers chargés de figures ou de dessins sur les bords de la mer et dans l’intérieur des terres. Souvent ces dessins sont à des altitudes variant de 200 à 900 mètres, d’autres fois quand les eaux sont basses, les fouilles les font sortir du lit même des rivières. Ces sculptures se rencontrent surtout à Saint-Vincent, le dernier refuge des Caraïbes si longtemps les maîtres des petites Antilles. Nous reproduisons une de ces pictographies (fig. 13), sculptée sur un bloc erratique du poids de plusieurs tonnes. Il vient de la Guadeloupe, et tout autour il a été relevé de nombreuses gravures