Page:Nadaud - Chansons, 1870.djvu/181

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


J’ai fait quelque bien sur terre ;
Bientôt je n’en ferai plus ;
Quand je serai sous la pierre,
Je veux qu’on mette dessus :

« C’est Bonhomme
Qu’on me nomme ;
Ma gaîté fut mon tresor… »
Mais Bonhomme vit encor !




LA LIGUE DES MARIS.


Maris bénins, maris honnêtes,
Maris trompés, maris trompeurs,
Maris de toutes les couleurs
Et maris de toutes les têtes ;
Maris bernés, maris jaloux,
Maris enfin, unissons —nous,
Et tendons notre piège aux loups.

Les loups sont les célibataires,
Ces vauriens, ces mauvais sujets.
Qui vivent à tous les crochets
Et chassent sur toutes les terres.
Qu’ils sont heureux, les malheureux !
Leur bonheur demande vengeance :
Fondons une grande alliance ;
Inventons des ruses contre eux.

Maris bénins, maris honnêtes,
Maris trompés, maris trompeurs,