Page:Nadaud - Chansons, 1870.djvu/24

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


Tu leur portais la gloire et le génie,
Et tu semais la France sous tes pas.
Partout, alors, de leur sainte cohorte
Ton bras guidait le généreux essor ;
Ton bras s’étend… mais un boulet l’emporte…
Pauvre invalide, ils te craignent encor.

L’heure a sonné, sens tressaillir la terre !
La liberté parle à ses nourrissons !
Ton sang, versé sur la rive étrangère,
A fécondé d’immortelles moissons.
Entends, entends l’hymne de délivrance :
Un nom s’élève en un sublime accord,
Un nom sacré : c’est celui de la France !
Pauvre invalide, ils t’appellent encor !




LES REINES DE MABILLE [1].


Pomaré, Maria,
Mogador et Clara,
A mes yeux enchantés,
Apparaissez, chastes divinités !

C’est samedi ; dans le jardin Mabille
Vous vous livrez à vos joyeux ébats ;

  1. Je réclame l’indulgence du lecteur pour les incorrections et les négligences dont fourmille cette chanson. Volontiers, je ne l’eusse pas publiée ; mais comme elle est devenue populaire avec tous ses défauts, je n’ai pas cru pouvoir me dispenser de lui donner une place dans ce recueil.