Page:Nerciat - Félicia.djvu/57

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Ce discours, un peu fort pour mon peu d’expérience, me mettait d’autant plus mal à mon aise qu’il était accompagné de gestes vifs et hardis… Je savais confusément qu’il eût été décent d’opposer une belle résistance… Mais je craignais si fort de m’acquitter gauchement d’un rôle qui ne m’était pas naturel, qu’au lieu de m’emparer des mains, d’empêcher certain genou de séparer les miens, je ne faisais que détacher, en folâtrant, de bonnes croquignoles sur les doigts sacrés… Mais qui ne les aurait pas bravées pour arriver aux beautés les plus fraîches et les plus neuves ? Mon agresseur entendait le badinage à merveille, et, loin de se fâcher du petit mal que je pouvais lui faire, il continuait avec beaucoup d’enjouement et s’établissait partout où cela pouvait l’amuser. Bientôt il fut si bien maître de ma petite personne que je crus pour le coup devoir le menacer, en riant pourtant, de le dire à ma tante, aussitôt qu’elle rentrerait. — Ah ! ah ! la tante est admirable, dit-il, en éclatant de rire… puis il prit un baiser très cavalier sur ma bouche entr’ouverte pour rire aussi.

Pourquoi serais-je moins franche en contant que je ne le fus pendant l’événement même ? Avouons ingénument que Sa Grandeur me fit éprouver avec la dernière vivacité ce que j’avais dû à Belval en pareille occurrence. Les choses allèrent même cette fois-ci beaucoup plus loin. Comme j’avais un peu perdu connaissance et que, par un heureux instinct, j’avais pris sur le bord de ma bergère la position la plus favorable, monseigneur en profitait : déjà quelque chose de très ferme me causait un certain mal… Mais un bruit soudain qui se fit entendre dans l’antichambre fit lâcher prise à mon vainqueur, il eut à peine le temps de se rajuster…

Ce n’était pas moins que Sylvina elle-même qui rentrait avec du monde et qui, pour peu qu’elle eût voulu prêter aux apparences, se fût très aisément doutée que nous n’étions pas à propos de rien, monseigneur et moi, dans une aussi violente agitation.