Page:Nietzsche - La Volonté de puissance, t. 2.djvu/23

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


sujet des choses, — nous enseigne que nous ne pouvons pas dire en même temps, du même objet, qu’il est dur et qu’il est mou. (La démonstration instinctive « je ne puis pas avoir en même temps deux sensations contraires » — est grossière et totalement fausse.)

L’interdiction de se contredire dans les concepts part de la croyance que nous sommes à même de former des concepts, qu’un concept ne désigne pas seulement l’essence des choses, mais encore qu’il l’embrasse... De fait la logique (comme la géométrie et l’arithmétique) ne s’applique qu’à des êtres figurés que nous avons créés. La logique est la tentative de comprendre le monde véritable d’après un schéma de l’être fixé par nous, plus exactement : de nous mettre à même de formuler et de déterminer le monde véritable...

272.

Non point « connaître », mais schématiser, — imposer au chaos assez de régularité et de formes pour satisfaire notre besoin pratique.

Dans la formation de la raison, de la logique, des catégories, le besoin a donné la mesure : le besoin non pas de « connaître », mais de comprendre, de résumer, de schématiser en vue de l’intelligence du calcul... (L’arrangement, l’interprétation des choses semblables, égales, — le même processus