Page:Noel - Dictionnaire de la fable, 1801, Tome 1.djvu/18

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée
x Préface.


Des idées religieuses qu’on peut recueillir des poésies Erses, la plus poétique est sans contredit celle qui assigne les nuages pour demeures aux âmes des héros, et qui les rend ainsi témoins des peines et des plaisirs de leurs parents et de leurs amis. Cette idée a fourni tout récemment au citoyen Creuzé une fiction très ingénieuse qui a été accueillie du public, comme elle devait l’étrerf et je ne puis me refuser au plaisir de linsérer ici (1).

(I) Vers sur la mythologie d’Ossian.

Adieu les fables des vieux âges,
Les dieux des Grecs et des Troyens !
Vivent les héros des nuages
Dans leurs palais aériens !

Nageant dans la céleste sphère.
Mais vers nous daignant s’abaisser,
Leurs âmes viennent converser
Avec les héros de la terre.
II faut, quelque obstiné qu’on soit,
A leur existence se rendre.
Le vainqueur de Mêlas y croit.
Il a dû souvent les entendre.

Je sais qu’aux bords égyptiens
L’ame sublime d’Alexandre,
Souvent des champs éthéréens
Près de lui se plut à descendre.