Page:Olympe de Gouges - Lettre a Monseigneur le duc d'Orleans premier prince du sang, 1789.djvu/1

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


LETTRE
à monseigneur
LE DUC D’ORLÉANS,


Premier Prince du Sang

.


Monseigneur,


Nous sommes arrivés à la terrible révolution où les Citoyens se sont arrogé la liberté de tout entreprendre, & de tout dire. Le Ciel me préserve d’employer aucun moyen violent ; je ne désire que le bien de mes Concitoyens, le salut de ma Patrie, le repos du Monarque & le bonheur public.

Le Peuple vous adore, Monseigneur, les bons Citoyens vous considérent comme l’ami des hommes ; mais les sages murmurent tout bas ; le mal est aisé, & les méchants l’exercent sans peine : les bons font le bien de même, mais ils ne réussissent pas toujours.