Page:Pascal - Oeuvres complètes, II.djvu/57

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


dans son cœur. Quelle joie de la retrouver ! l’on sent aussitôt une cessation d’inquiétudes. Il faut pourtant que cet amour soit déjà bien avancé ; car quand il est naissant et que l’on n’a fait aucun progrès, on sent bien une cessation d’inquiétudes, mais il en survient d’autres.

Quoique les maux succèdent ainsi les uns aux autres, on ne laisse pas de souhaiter la présence de la maîtresse par l’espérance de moins souffrir ; cependant quand on la voit, on croit souffrir plus qu’auparavant. Les maux passés ne frappent plus, les présents touchent, et c’est sur ce qui touche que l’on juge. Un amant dans cet état n’est-il pas digne de compassion ?