Page:Pierquin - Le Poème anglo-saxon de Beowulf.djvu/29

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


II

La géographie de Beowulf

Il demeure à peu près certain que l’île danoise de Zélande fut le théâtre des événements rapportés dans les deux premières parties du poème. Diverses opinions ont été émises sur le lieu de la scène qui se déroule entre Beowulf et le dragon, et la majorité des auteurs le situe au sud de la Suède, sur la côte du district connu sous le nom de Bohüslan. Sarrazin (Beow. Stud., 4-35) a tenté de situer Heorot et les autres lieux cités dans le poème ; cette restitution est figurée dans la carte ci-jointe, et n’a que la valeur d’une conjecture ingénieuse. Il semblerait, toutefois, que sur la côte nord de Gothenburg, il y eût quelques sites répondant aux descriptions du poème.

III

La littérature dans Beowulf

La caractéristique que Beowulf partage avec d’autres poèmes, est sa forme métrique allitérée, l’emploi fréquent des parallèles, la litote, les métaphores répétées, les synonymes poétiques, que l’on peut également retrouver dans l’Heliand, l’Hildebrandslied, Muspili et la Wessobrunner Prayer.

Mais Beowulf est, par lui-même, le poème d’un peuple enfant, où sous la mélancolie du fatalisme qui l’empreint, se